A propos du Moulin…

Un lieu unique pour les artistes

Le moulin de la Ville es Brune a la vocation d’offrir des expositions d’artistes et d’artisans tout au long de la saison estivale.

Artistes et artisans pourront exposer de concert dans ce lieu magique entre terre et mer.

Les artisans pourront disposer des deux premiers niveaux pour faire connaître et vendre leurs différents produits. Puis nos artistes peintres professionnels et amateurs se chargeront d’habiller de mille couleurs les murs blanchis à la chaux de ce moulin bord de mer.
Le dernier étage accueille une exposition permanente qui se présente sous la forme de pupitres relatant l’histoire de la région gravée sur des plaques émaillées : les bancs coquilliers, l’histoire des moulins, les marais noirs et blancs, la légende de la forêt de Scissy… Ces histoires ont été contées par des locaux, contribuant ainsi à la préservation d’un patrimoine oral qui se transmet de générations en générations.
De plus vous bénéficiez d’une vue imprenable sur la mer et les marais (vue à 360 degrés) grâce aux fenêtres qui enlacent ce magnifique moulin.

Une aire de camping-car

Pour les camping caristes, en contre-bas du moulin, la commune de Hirel propose une aire de stationnement de 80 emplacements, plaçant Hirel en point de passage, de séjour, de ralliement et de rayonnement afin de découvrir et visiter la région.
Une petite halte s’impose dans nos cités médiévales et architecturales comme Saint-Malo, Dinan, Dinard… sans omettre la découverte des villages du terroir riches en découvertes gastronomiques et artisanales.

La Voie Verte, la Grève…

Pour les marcheurs, notez que le sentier de Grande Randonnée GR34 longe la grève Hireloise et la Digue de la Duchesse Anne. Une voie verte destinée aux piétons et cyclistes suit ce parcours en direction de Cancale ou du Mont Saint-Michel.

Notre grève est également un lieu idéal, pour la pratique des sports de vent et d’eau, on y pratique le cerf-volant, le char à voile ou encore le kitesurf à marée haute.

A marée basse, notre grève possède un gisement de coquillage très appréciés des pêcheurs à pied. Palourdes et huîtres sont à déguster à qui s’en donne la peine… Balade iodée et vivifiante garantie…

Histoire

Dans la Baie, tout le long du littoral, les moulins offraient par le passé leur voilure aux vents du quadrant nord qui y arrivaient sans entrave. La commune de Hirel est sensible à cette histoire des lieux et contribue à la mission de sauvegarde du patrimoine bâti. Dans cet esprit, le Moulin de la Ville-es-Brune a été reconstruit, constituant un lieu ouvert au pubic.

Durant des siècles, les fiers moulins jalonnèrent la Baie du Mont Saint-Michel. De Cancale à Roz-sur-Couesnon, plus d’une centaine de moulins ont été en service.

Pour notre seule commune de Hirel, du lieu-dit ‘Le Châtelier’ jusqu’à Vildé-la-Marine, on dénombrait une dizaine de moulins (La Ville es Brune, La Pintonnière, La Chèvre, Saint-Lunaire, Le Moulin Carré, La Digue, Le Châtelier, La Petite Pâture, Fantou et Le Chapitre)

Dans son livre « A l’ombre de notre Clocher » (1951) l’auteur Pierre Jouquan, Hirelois d’origine, conte comment s’acquerrait le droit de propriété d’un moulin : ‘Les personnes qui désiraient exploiter un moulin à vent et avoir une chaumière à proximité, opéraient de la manière suivante : Elles tenaient en secret leur projet et construisaient ou faisaient construire la structure du moulin ou de la maison dans un chantier isolé. Quand le tout était préparé, avec force de bras professionnels, l’ajustage s’opérait sur le lieu choisi et, avant même que la construction ne fut terminée, on établissait les ailes du moulin avec toiles tendues et avisait les autorités civiles. En leur présence on faisait tourner les ailes au vent. Dès cet instant, le droit de propriété était acquis. Il en était de même pour la maison : la construction se préparait sur un chantier isolé et aussitôt que la partie où était adjointe la cheminée était prête, on avertissait les autorités et, devant elles, on allumait le feu dans la cheminée. La première fumée sortie, le droit de propriété était acquis.

Les moulins à vent étaient des repères précieux pour les militaires et les marins de l’époque.

Le Moulin de la Ville es Brune